L’État de droit comme volontés

Les formes politiques sont comme toutes les formes sociales des instruments, des outils dont les acteurs se servent pour combattre ou accentuer les phénomènes da la dominataion et faire triompher leur vision du monde.

Cette réduction de la politque à la réalité de son inscription dans le jeu des antagonismes conduit à appréhender autrement que nous ne le faisons d’ordinaire ce qui se livre à nous sous le nom „État“
ou de „droit“. Si nous voulouns parvenir é uns déscription réaliste de notre expérience, la première question que l’on doit se poser est celle-ci:
à quoi a-t-on affaire lorsque l’on a affaire avec l’Ètat?
À quoi s’affronte-t-on lorsque on s’affronte à la Loi?
Les notions d'“Ètat“ et de „Loi“ renvoient-elles à des réalités
ou sont-elles des fictions, des catégorisations substantialistes,
dont, comme celles du „peuple“, de „volonté générale“, de „souveraineté“,
nous devrions nous méfier?

Geoffroy de Lagasnerie, La Conscience Politique. Édition àvenir Fayard. P. 105

Geoffroy de Lagasnerie « Dès que vous croyez à la politique, vous sombrez dans le mythe »