désobéissance et dissidence

La catégorie désobéissance civile tend à séparer la dissidence ordinaire ( c’est-à-dire la délinquance des classes populaires, quotidiennes ….), qui devrait être sanctionée, de la désobéissance civile – c’est-à-dire la délinquance de la classe moyenne – qui, „elle“, serait „morale“ et devrait echapper à la répression. La classe moyenne blanche considère ainsi sa déliquence à elle comme morale, digne, chic, contrairement à celle des classes populaires – les seconds sont des déliquants, les premiers des citoyens exposés à la criminalisation …

Geoffroy e Lagasnerie
Sortir de notre impuissance politique. Fayard. P. 51f.